Alors que l’actualité de ces dernières semaines en Allemagne est dominée par la montée en croissance d’actes xénophobes de l’extrême droite, les universités allemandes se distinguent par leur internationalisation et continuent d’œuvrer pour une société ouverte et accueillante.

A Chemnitz, ville devenue le théâtre de manifestations de l'extrême droite allemande et d’attaques xénophobes depuis quelques temps, les citoyens ont signifié leur désaccord aux acteurs de ces actes en organisant un concert « contre la haine » avec pour slogan « wir sind mehr » (nous sommes plus nombreux). La Technische Universität (TU Chemitz) n’a pas hésité une seconde et a elle aussi réagi en publiant, le lendemain même du concert, une vidéo intitulée « wir sind Chemnitz » (nous sommes Chemnitz). Dans cette vidéo, la TU Chemnitz souligne l’importance qu’elle accorde à la diversité de ses étudiants et collaborateurs. Il s’agit, en effet, de l’université la plus internationale dans la Saxe.

Au vu des récents événements, il convient de rappeler ici qu’il existe depuis plusieurs années déjà des initiatives pour faciliter l’intégration et l’accueil des réfugiés en Allemagne.

En avril 2016, le DAAD a lancé le programme « Welcome - Studierende engagieren sich für Flüchtlinge“ (Bienvenue – des étudiants s’engagent pour les réfugiés) au sein duquel, le DAAD subventionne 162 initiatives en Allemagne. Ainsi le DAAD souhaite soutenir des réfugiés qui s’intéressent à commencer ou reprendre leurs études en Allemagne, afin qu’ils puissent s’intégrer facilement et le plus vite possible dans les universités allemandes. Des étudiants dans toute l’Allemagne s’engagent dans des projets divers pour rendre cela possible. Un de ces projet se trouve justement à la TU Chemnitz.

Les initiatives dans l’est de l’Allemagne figurent d’ailleurs parmi les initiatives les plus engagées. Chaque année, le DAAD décerne un prix pour valoriser le travail de trois initiatives qui se sont distinguées. Cette année un des lauréats du « Welcome Preis » est la BTU Cottbus, université d’une autre ville qui, malheureusement, fait également la une à cause des actes de violence de l’extrême droite ces derniers mois. L’année dernière c’était la TU Dresden qui a gagné le deuxième prix du « Welcome Preis ».

La Hochschule Mittweida située en banlieue de Chemnitz abrite également un projet qui a pour but d’améliorer l’accueil des réfugiés dans les universités allemandes. Subventionné dans le cadre du programme « Integra » du DAAD, ce projet consiste à offrir des cours de préparation aux réfugiés suite auxquels ils peuvent passer un test pour obtenir le droit d’accès aux études supérieures en Allemagne.. Le programme « Integra » vise à favoriser l’intégration à travers la préparation linguistique et technique des réfugiés, afin de rendre possible une insertion universitaire rapide et efficace dans les universités allemandes. L’initiative à Mittweida qui a été créée suite à un appel à projets du DAAD en réaction aux grands flux migratoires vers l’Allemagne, ne cesse de voir son nombre de participants augmenter depuis 2016. Peter Maring, directeur du « Studienkolleg » et responsable du programme, souligne que le travail du projet permet non seulement une meilleure intégration des réfugiés mais favorise également la formation de nouveaux spécialistes. Quant à la réaction des habitants de la ville de Chemnitz, Monsieur Maring affirme avoir eu que des retours positifs. Il ne se laisse pas déconcerter par des voix de l’extrême droite. Bien au contraire, Monsieur Maring exige une intervention active contre tout racisme, surtout au quotidien. « Nous devons montrer l’exemple en nous ouvrant aux personnes d’origines étrangères et en contribuant de notre manière à ce que le mot ‘intégration’ soit bien plus qu’un slogan », affirme-t-il. Cette intégration, dit-il, ne peut réussir que si la société qui accueille se montre prête et disponible. « Pour cela, nous avons besoin d’actions concrètes. Notre travail est donc la contribution que nous voulons y apporter. »

Liens utiles :