L'Allemagne est l'un des pays les plus populaires auprès des étudiants étrangers : Environ 320 000 étaient inscrits dans les universités allemandes au semestre d'hiver 2019/20. Cela place l'Allemagne devant la France à la quatrième place du classement international, directement derrière les pays hôtes classiques que sont les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. L'intérêt des étudiants étrangers pour les études en Allemagne est également élevé dans le contexte de la pandémie de la Covid-19. Pour les prochaines années, on s'attend à une reprise des chiffres en baisse et à une augmentation au-dessus des valeurs précédentes.

Au semestre d'hiver 2019/2020, environ 320 000 étudiants étrangers ont étudié dans une université allemande. Par rapport à l'année précédente, le nombre d'étudiants a augmenté d'environ 18 000, soit 6 %. Cette évolution s'inscrit dans une tendance de croissance sur dix ans qui témoigne de la qualité et de l'attrait de l'Allemagne en tant que lieu d'études. Depuis 2010, le nombre d'étudiants étrangers a augmenté de 76 % au total, comme le montrent l'Office allemand d'échanges universitaires (DAAD) et le Centre allemand pour l'enseignement supérieur et la recherche scientifique (DZHW) dans leur publication "Wissenschaft Weltoffen 2020" (La science ouverte sur le monde 2020), dont la 20e édition est parue aujourd'hui.

"Avec la pandémie de Corona, le comportement de mobilité des étudiants internationaux change dans le monde entier. Les données de l'enquête montrent que l'Allemagne a apparemment pu améliorer encore sa bonne réputation auprès des étudiants étrangers, grâce aussi à une bonne gestion de la pandémie lors de la première vague de Corona au printemps et en été. C'est une bonne base pour convaincre encore plus de jeunes talentueux de notre système éducatif à l'avenir et pour les lier à notre pays. Toutes les parties concernées devraient saisir ensemble cette occasion", a déclaré le président du DAAD, le professeur Joybrato Mukherjee

En 2019, les principaux pays d'origine des étudiants étrangers étaient la Chine, avec environ 40 000 étudiants, suivie de l'Inde (20 600), de la Syrie (13 000), de l'Autriche (11 500) et de la Russie (10 500). Parmi eux, 73 % des étudiants étrangers étaient inscrits dans une université - soit environ 220 000 personnes - tandis qu'un peu moins de 80 000, soit 27 %, étaient inscrits dans une université de sciences appliquées (HAW). Même si le nombre d'étudiants étrangers dans les HAW est inférieur, ils enregistrent une augmentation supérieure à la moyenne depuis des années. Par rapport à l'année précédente, le nombre d'étudiants étrangers dans les HAW a augmenté de 10 %. Le DAAD soutient spécifiquement ce développement depuis deux ans avec son programme "HAW.International".

La mobilité internationale des étudiants allemands reste également très élevée : 140 000 d'entre eux étudient à l'étranger au cours de l'enquête actuelle. Il est réjouissant de constater que le nombre d'étudiants qui étudient à l'étranger a plus que quadruplé depuis 1991, et a plus que doublé depuis 2000. L'Autriche, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont des destinations particulièrement populaires pour les études à l'étranger. Rien que dans ces trois pays, environ 66 000 étudiants allemands étaient inscrits dans des universités. Toutefois, en raison de Brexit, il faut s'attendre à une baisse pour le Royaume-Uni à l'avenir.

Se remettre du choc de la Covid-19

La mobilité internationale des étudiants a également été massivement affectée par l'impact de la pandémie de Corona. Selon une enquête du DAAD, environ 80 000 étudiants étrangers ont temporairement quitté l'Allemagne. Cependant, de nombreuses universités ont maintenu leurs programmes d'échange malgré la crise de la Covid-19 : dans une enquête nationale du DAAD, seulement 22 % des universités ont déclaré avoir complètement suspendu leurs programmes d'échange au semestre d'été 2020. En outre, l'intérêt pour les études en Allemagne est élevé même pendant la pandémie : les candidatures des étudiants internationaux à l'association uni-assist pour le semestre d'hiver 2020/21 ont atteint environ 80 % du niveau de l'année précédente. À l'horizon 2021, de nombreuses études brossent un tableau optimiste : une majorité d'entre elles prévoient une reprise significative de la mobilité internationale des étudiants dans les années à venir - même si les restrictions liées à la pandémie persistent pendant une période plus longue. "Pour un développement positif de la mobilité internationale, cependant, des formats et des idées d'enseignement innovants, sur lesquels de nombreuses universités travaillent certainement déjà, sont plus que jamais une condition préalable importante. Ils peuvent constituer un facteur supplémentaire de l'attractivité de l'Allemagne en tant que lieu d'études", a déclaré dans ce contexte le professeur Monika Jungbauer-Gans, directrice scientifique du DZHW.

L'Allemagne attire davantage de doctorants internationaux

L'évolution des doctorants internationaux et la qualité du système scientifique allemand qui s'y exprime à l'échelle mondiale sont également encourageantes : en 2019, environ 27 100 d'entre eux menaient des recherches dans les universités allemandes. Cela correspond à un quart de tous les chercheurs en doctorat en Allemagne. Par rapport à l'année précédente, ce nombre a augmenté d'environ 3 %, et même de 52 % au cours des dix dernières années. Le nombre de chercheurs doctoraux internationaux a augmenté plus rapidement que le nombre de chercheurs doctoraux allemands.


Informations complémentaires

Vous pouvez trouver la publication "Wissenschaft Weltoffen 2020" en format PDF ici :

Source : Communiqué de presse conjoint du DAAD et de la DZHW