Après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) limite les échanges avec la Fédération de Russie. Dans le même temps, l’organisme de coopération reste liée à ses institutions partenaires de longue date en Russie.

Face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) limite les échanges scientifiques avec la Russie. “Il ne peut y avoir de relations normales avec un Etat qui mène une guerre d’agression contre son voisin en plein cœur de l’Europe, même en matière de politique scientifique extérieure”, a déclaré vendredi le président du DAAD Joybrato Mukherjee.

Le DAAD interrompt les possibilités de candidature pour les bourses à destination de la Russie et annule les sélections pour ces mêmes bourses du DAAD. De même, les boursiers allemands déjà sélectionnés ne peuvent actuellement pas recevoir de soutien financier pour un séjour prévu en Russie. Le DAAD attend des universités allemandes qu’elles suspendent toutes les activités de projets financés par le DAAD avec des institutions partenaires en Russie et en Biélorussie.

“Nous savons que cette mesure crée également des injustices et qu’elle touche de nombreux chercheurs et étudiants qui s’engagent en faveur de la paix et de l’État de droit ainsi que des relations de bon voisinage. Nous sommes conscients que nombre de nos amis russes et de nos institutions partenaires russes rejettent du fond du cœur la campagne contre l’Ukraine. Dans le même temps, nous estimons qu’il est indispensable, compte tenu de la guerre, de réexaminer de manière critique la promotion des relations d’échange avec la Russie”, poursuit Joybrato Mukherjee.

Les mesures qui viennent d’être prises pourraient – en accord avec le gouvernement fédéral et après discussion avec la Conférence des recteurs d’universités et les universités allemandes – faire l’objet de nouveaux ajustements dans les jours et semaines à venir.

“Nous devons être conscients que nous sommes confrontés à un énorme défi en matière de politique étrangère, de défense et de sécurité. Un défi sans précédent en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale et qui ébranle les fondements des valeurs européennes. La politique des sciences étrangères doit elle aussi se demander quelle contribution elle peut apporter à la stratégie plus large du gouvernement fédéral et de l’Union européenne visant à isoler la Russie”, a constaté le président du DAAD.


Communiqué de presse du 25/02/202.
Versions originales en allemand et en anglais.