Inhalt

« BintHo est la plus grande enquête sur la mobilité internationale des étudiants en Allemagne »

Pour quelles raisons les jeunes partent-ils étudier à l’étranger ou de l’étranger vers l’Allemagne ? Le DAAD s’est penché sur cette question et sur d’autres au cours du semestre d’hiver 2020/21 dans le cadre du projet “Benchmark Internationale Hochschule” (BintHo), financé par le ministère fédéral de l’éducation et de la recherche. Au total, plus de 117.000 étudiants ont participé à la première enquête BintHo, dont environ 14.000 étudiants internationaux. Dans cette interview, le directeur de l’étude Jan Kercher explique les raisons du projet BintHo, les résultats qu’il juge particulièrement remarquables et l’avenir du projet.

 

Dr Jan Kercher est expert en études et statistiques externes au DAAD. (Source de l’image : Eric Lichtenscheid)© DAAD / Lichtenscheid

Monsieur Kercher, qu’est-ce qui a motivé le DAAD à lancer le projet BintHo ? Et quel concept se cache exactement derrière ce projet ?

Entre 2007 et 2017, le DAAD, en collaboration avec le Centre allemand de recherche universitaire et scientifique (DZHW), a interrogé tous les deux ans les étudiants allemands sur le thème de la mobilité internationale liée aux études, dans le cadre des études de mobilité du DAAD/DZHW. L’objectif initial était d’évaluer l’impact de notre campagne de mobilisation “go out !”, mais les résultats ont également servi de source d’information importante pour les politiques et le public intéressé par le sujet. Nous avons mis fin à ce projet en 2017, car nous avons estimé qu’un projet d’enquête de cette envergure devait être aussi utile que possible pour les établissements d’enseignement supérieur eux-mêmes.

Pour le projet BintHo, nous sommes donc partis du principe que les établissements d’enseignement supérieur étaient le principal groupe cible pour la collecte des données et l’exploitation des résultats. Dès le début, nous avons par exemple développé le concept du projet en collaboration avec les universités. Pour ce faire, il y a eu à l’époque – avant même le Covid et l’extension des réunions en ligne qui y est liée – quatre ateliers conceptuels en présence de quatre sites différents en Allemagne, avec au total environ 80 représentants des établissements d’enseignement supérieur intéressés. L’un des résultats de ces ateliers a été que nous avons décidé de ne pas interroger uniquement les étudiants nationaux – comme c’était le cas pour les études de mobilité précédentes – mais aussi les étudiants internationaux. Et nous avons discuté avec les établissements d’enseignement supérieur des questions les plus importantes pour leur travail pratique afin de pouvoir concevoir le questionnaire de la manière la plus adaptée possible au groupe cible.

Une autre différence majeure par rapport aux études de mobilité précédentes est qu’après la clôture de la première enquête BintHo au semestre d’hiver 2020/21, nous avons d’abord établi des dossiers de référence pour les 74 établissements participants. Ceux-ci contiennent les résultats individuels relatifs à chaque université, mais également une valeur comparative d’autres universités comparables parmi les participants. Ces valeurs comparatives sont justement une grande valeur ajoutée pour les établissements d’enseignement supérieur, car il est souvent impossible d’évaluer ce que signifie exactement une valeur donnée : se situe-t-on plutôt dans la moyenne ou peut-être même en tête de la communauté universitaire concernée ? Ou bien, dans le pire des cas, fait-on partie des derniers de la classe ? Quelle est donc l’ampleur exacte de la nécessité d’agir dans ce domaine ? Cela ne peut être évalué que si l’on peut se comparer à d’autres universités, c’est pourquoi cette fonction de benchmark est l’un des principaux atouts du projet BintHo. De plus, BintHo est la plus grande enquête sur la mobilité internationale des étudiants en Allemagne. En raison du nombre élevé et du large éventail d’établissements participants et d’étudiants interrogés, ces résultats fournissent donc un état des lieux très pertinent de la mobilité internationale des étudiants en Allemagne au début des années 2020.

Le DAAD a également publié un rapport général sur la première enquête BintHo. Quelles sont, selon vous, ses principales conclusions ? Et pourquoi n’est-il publié que si tard ?

Pour commencer par la dernière question : La première enquête BintHo a eu lieu en plein milieu de la période de pointe du Covid. Nous, ainsi que le prestataire de services avec lequel nous avons travaillé dans le cadre du projet, avons souffert d’un manque de personnel parfois massif. L’équipe de projet a en outre été directement touchée par les inondations de l’Ahr à l’été 2021. Ces facteurs, parmi d’autres, ont malheureusement retardé la publication du rapport par rapport à ce que nous avions initialement prévu. Nous sommes toutefois très optimistes et pensons que cela ne se reproduira pas lors de la deuxième édition de BintHo, car il est heureusement assez rare d’avoir autant de malchance d’un seul coup.

En ce qui concerne les principales conclusions du projet BintHo, elles ne sont effectivement pas faciles à résumer en quelques phrases en raison de la quantité de données collectées. Je recommande donc à tous les lecteurs intéressés de jeter au moins un coup d’œil au résumé du rapport, que nous avons d’ailleurs également publié en anglais. De là, il est possible d’accéder de manière ciblée aux parties du rapport qui semblent particulièrement pertinentes pour son propre travail.

Pour citer au moins trois résultats de contenu qui me semblent particulièrement remarquables : Pour plus de trois quarts des étudiants internationaux interrogés, l’Allemagne a été le premier pays d’accueil choisi. Les principales raisons pour lesquelles ils ont choisi d’étudier en République fédérale étaient une offre d’études attrayante et de bonnes conditions d’études dans les universités, la renommée internationale du diplôme allemand ainsi que de bonnes perspectives professionnelles après les études. Parallèlement, environ 40 % des étudiants allemands souhaitent avoir plus de camarades internationaux, et seulement 1 % aimeraient avoir moins d’étudiants internationaux dans leur propre établissement.

L’étude BintHo met également en évidence un lien entre le comportement des enseignants et la mobilité sortante de leurs étudiants : Parmi les étudiants qui ont déclaré n’avoir jamais été encouragés par leurs enseignants à partir à l’étranger, la proportion d’étudiants mobiles à l’étranger est la plus faible. En revanche, ce pourcentage est particulièrement élevé dans le groupe des répondants qui ont déclaré que tous les enseignants les avaient encouragés à partir à l’étranger.

Le rapport BintHo livre également des résultats intéressants sur le thème de la numérisation et de la mobilité virtuelle à l’étranger : Dans l’ensemble, un quart des étudiants nationaux utilisent déjà différentes applications numériques proposées par les établissements d’enseignement supérieur à l’étranger. Et environ un cinquième des étudiants nationaux qui avaient prévu un séjour physique à l’étranger, mais qui ont dû renoncer à ce projet, ont vu dans un séjour virtuel à l’étranger une alternative attrayante. Ils ont estimé que les coûts étaient moins élevés, que l’organisation était moins importante et qu’il n’était pas nécessaire de se séparer de son environnement social en Allemagne.

Maintenant que la première enquête BintHo est définitivement terminée avec la publication du rapport sur les résultats, quelle sera la suite du projet ? Et que devraient faire les établissements intéressés par une participation au projet ?

Comme nous voulons maximiser la valeur utilitaire pour les universités participantes, le projet a été conçu dès le départ comme un projet de suivi à long terme. C’est en effet la seule façon pour les établissements d’enseignement supérieur de pouvoir mesurer les effets éventuels des mesures d’internationalisation ou de mobilisation qu’ils ont prises. C’est pourquoi nous avons convenu avec les universités participantes d’une fréquence d’enquête de trois ans. La prochaine enquête BintHo aura donc lieu dès le semestre d’hiver prochain. Les préparatifs ont déjà commencé chez nous, et dans les semaines à venir, nous nous adresserons aux universités pour les informer des étapes suivantes. Nous nous adressons aussi bien aux universités qui ont déjà participé à la première enquête qu’à celles qui ne l’ont pas encore fait et qui souhaitent participer au projet.

Le temps qui nous sépare du semestre d’hiver sera surtout consacré à la révision et à l’harmonisation du questionnaire. Avec autant de participants, il s’agit d’un processus assez complexe et de longue haleine. Mais la première enquête BintHo a montré que cet effort en valait finalement la peine.

Les établissements d’enseignement supérieur intéressés sont invités à me contacter directement ou à consulter le site web du projet. Nous nous réjouissons de la participation de tout autre établissement au projet, car chaque nouveau participant augmente la pertinence de la base de données et des analyses comparatives !

NB : La version originale de l’interview en allemand est publiée ici.

Jan Kercher

Jan Kercher travaille au DAAD depuis 2013 et est chef de projet pour la publication annuelle « Wissenschaft weltoffen – Facts and Figures on the International Nature of Studies and Research in Germany and Worldwide ». Il est également responsable au sein du DAAD de plusieurs autres projets d’échange entre la recherche universitaire et la pratique universitaire, ainsi que de la réalisation de projets d’études et de collecte de données sur la mobilité académique et l’internationalisation des universités.

Auteur : Ulrich Heublein

Ulrich Heublein travaille au DZHW depuis 1991 et est chef de projet au sein du département “Parcours de formation et emploi”. Ses intérêts de recherche portent sur les conditions de réussite des études, les causes de l’abandon des études ainsi que l’internationalisation des études et de la recherche. Il a étudié la germanistique et le journalisme à l’université de Leipzig et a obtenu son doctorat en germanistique en 1986.
L’équipe de rédaction

Les offres des établissements d’enseignement supérieur

Apply to the TUM Global Postdoc Fellowship at Technical University of ...

The TUM Global Postdoc Fellowship is a funding opportunity for external postdoctoral scientists who are currently residing abroad and would like to start their research at TUM. For 24 months, we will ...

Plus

Engineer Your Future for Success!

Fully English-Taught B.Sc. in Mechanical Engineering (International) in Germany’s Engineering Hub Karlsruhe.

Plus

Find Your Master’s Program at TUM Campus Heilbronn

Students at TUM Campus Heilbronn receive a high-quality education at the renowned TUM University of Excellence and extensive support services for their studies.

Plus

English-Taught B.Eng. Industrial Engineering with Work-Integrated Opti...

Are you fascinated by “technology made in Germany“? Would you like to study and put your newly acquired knowledge to practice by working in a company?

Plus

RheinMain University of Applied Sciences-From Here to Career

Explore practice-oriented programs at Hochschule RheinMain. Shape your future and launch your career in Germany’s economic hub.

Plus

Food System Sciences (M.Sc.)

Your master’s degree for a better world! Be a part of our international master’s programme at the Faculty of Life Sciences: Food, Nutrition and Health and apply now!

Plus

A degree that makes a difference – study at RPTU in Landau!

Embark on a journey to unravel environmental challenges with our international degrees in Environmental Sciences and Environmental Pollution Management.

Plus

English-taught Master Programmes in Green and Information Technologies

Study innovative, future- and practice-oriented engineering Master’s programmes in central Germany!

Plus

Truly international – Study at ESB Business School!

Do you want to study in the heart of Germany, Europe’s strongest and most dynamic economy? Come to ESB Business School at Reutlingen University!

Plus

Study in Berlin - MBA & International Master’s Programmes

Our internationally recognized MBA & Master’s programmes will provide you with the knowledge and tools to conduct business in the global market.

Plus

„Advanced Quantum Physics“ International Master’s program at RPTU in K...

Discover modern science on atomic & sub-atomic scales at one of the leading German research departments and learn from award-winning teachers. https://physik.rptu.de/quantum-master

Plus

International Master program “Biofabrication” (M.Sc.)

Want to be a game changer in biomedical engineering? The study program Biofabrication is your master plan for a demanding interdisciplinary engineering career.

Plus

Apply now for the Master’s program in European and International Law (...

Boost your career now and study European & International Law together with students from more than 30 countries.

Plus

Kick-start your future career in Financial Management at Coburg Univer...

If you are interested in management and finance our premium MBA program Financial Management could be just right for you! The program features an optional Dual Degree from UniSC Australia and a Bloomb...

Plus
1/14

Contact

  • Bureau du DAAD à Paris

    28, rue Serpente 75006 Paris
    Courriel : info-parisdaad.de

    Téléphone : Merci de composer les no. directs des membres de notre équipe (voir l’équipe).

Capture d'écran de la carte avec le repère géographique du site du DAAD